Spélé'Haut-Jura
le site du Spéléo Club SanClaudien

Spéléologie et descente de canyons

iconPierre-Jean Barletta, François Jacquier 

Pierre-Jean tenait absolument à faire un peu de spéléo pour son dernier jour de vacances. Son idée première était d'aller faire un tour aux Foules qu'il ne connait pas encore. Mais ce lundi personne ne répond à son appel principalement pour cause de reprise du boulot.

Anne Corriol, Jean-Luc Lacroix, Philippe Mercanton, Pierre-Jean Barletta, Sylvain Raffourt (l'oncle de PJ), Lise Ameline (une revenante...), François Jacquier

Le BurlandierUne sortie programmée à l'avance pour une fois, sous l'insistance de Pierre-Jean qui, il faut le dire, tenait absolument à partager la découverte de cette cavité hors normes avec son oncle.

Six participants initialement prévus mais l'agréable surprise de voir Lise se greffer au groupe à la dernière minute. Peu d'entre vous la connaisse, en effet on a perdu de vue cette gamine il y a 6 ou 7 ans quand elle a quitté la région, Mais auparavant elle avait eu quelques bonnes années d'activités au sein de notre tribu tant en spéléo qu'en canyon. Et là c'est une belle jeune femme qui nous revient sur une moto pétaradante pour quelques jours seulement  mais qui n'a pas pu résister à l'envie de partager avec nous cette sortie.

Jean-Luc Gabet, Christophe Schneider, François Jacquier 

Initialement prévue dimanche cette sortie est repoussée au lundi pour de meilleures dispos pour chacun. Le but principal est d'aller terminer la topographie de la Galerie des Zipos découverte en 2009 aux confins de la cavité au-delà d'une voûte mouillante d'une vingtaine de mètres.

iconDominique Guyétand, François Jacquier, Marie Parachout

Par canicule, qu’il est bon de prendre l’air frais des cavités jurassiennes. Et c’est particulièrement vrai ce dimanche, alors rendez vous 13h30 chez François, puis 14h,  chez Dom et Dom, … puis après le café, …direction Lavancia, lieu-dit « Combe Mourey ».
Depuis le temps qu’il n’a pas plu, les niveaux d’eau sont au plus bas partout, et c’est une belle occasion que de voir comment ça se passe (ou comment ça passe), dans cette cavité où François et Dom disent qu’on ne passe le siphon qu’avec quelques centimètres d’air.

iconThomas & Bruno Mischler

Après notre échec cuisant de mercredi dernier, avec Marie, et comme le disait ma grand-mère : cent fois sur le métier remet ton ouvrage. Nous revoilà à pied d'œuvre mais cette fois ce n'est pas sans carte, sans GPS ni bottes (comprenne qui pourra...). Et cette fois, pour l'accès, nous ne suivrons pas le topoguide. nous repérons un parking bien plus à l'ouest que sus nommé dans le topo et, une fois le GPS activé, nous voyons que nous ne sommes pas si loin du trou.
Nous nous équipons rapidement et prenons un chemin bien marqué et visible depuis la route mais encore bien enneigé. Arrivé au premier carrefour l'affaire se corse. Le chemin bien marqué n'est pas le chemin qui mène au trou. Ledit chemin est à peine visible et ce sera comme ça jusqu'à destination. Ouf qu'on a un GPS ; il nous fera gagner un temps précieux.